Imprimer

Livingston et les Garifunas

Publié dans Guatemala - Livingston

( 5 Votes ) 
Livingston et les Garifunas
Livingston et les Garifunas 4.0 out of 5 based on 5 votes.

À Livingston, sur les Caraïbes guatémaltèques, mieux vaut oublier les clichés de cartes postales, la côte est sans intérêt. Pourtant ce village est une curiosité au Guatemala.


Les Caraïbes guatémaltèques

Autant le savoir, on ne vient pas au Guatemala pour sa côte Caribéenne, elle est toute petite, (quelques kilomètres) et bien loin des clichés "carte postale" qu'on connaît. Pourtant ce village est une curiosité au Guatemala. Ici, vivent les Garifunas, des descendants d'esclaves noirs africains qui ont développé une culture « hispano-black » bien particulière.

Sur l’embarcadère de Livingston, un hôtel défraîchit surplombe le rio, de là part la rue principale, elle est déglinguée et les échoppes sont organisées dans la plus parfaite anarchie.

La plage

Autre singularité, la plage. Elle a les attributs de la plage des caraïbes : les cocotiers qui viennent jusqu’au bord de l’eau et le sable fin… sauf qu’ici les rios qui vont à la mer ressemblent à des égouts, le sable est parsemé de détritus, la mer marron est avec de la mousse dessus et les maisons sont en tôle ! Bref une plage pas très idyllique !

Livingston

Notre hôtel le «California » est sans prétention mais correctement tenu. Le seul problème est la literie, les matelas sont centenaires et en plus cette nuit là j’ai du affronter une attaque de fourmis. Par centaines, elles traversaient mon matelas en fil indienne, une rangée dans un sens, une rangée dans l’autre, comme sur l’autoroute !

Ce jour là, on se lèvera trop tard pour bouger du village et notamment aller à une plage correcte à 1h de bateaux ou aux Sieste Altares des chutes et bassins d’eau douce paraît-il intéressants. Tant pis, on passera la journée à lire, écrire et mater les gens passer, et ici ça vaut le coup d'œil !

Isa, se fera faire des « tresitas », une des spécialités du village, l’occasion de s’engueuler avec une mama black qui nous demandait un prix digne d’un salon de coiffure des Champs Élysées.

Drôle de village que Livingston un endroit à part, ni attachant ni rebutant… une vraie curiosité !

Retour par le Rio Dulce

Pour repartir de Livingston, il faut faire le chemin inverse en lancha, ce n’est pas obligatoire mais c’est de loin le plus rapide et le plus agréable. Notre voyage retour sera du style « touristique » : observation des oiseaux, arrêt dans la boutique d’artisanat équitable ou baignade dans les sources chaudes et sulfureuses. On était plutôt pressé en raison d’une correspondance mais finalement, la balade était très sympa !

2H30 plus tard, nous sommes à Rio Dulce, notre correspondance est évidemment partie. On prendra finalement un mini-bus direct pour Tikal … c’est plus cher mais le confort est sans commune mesure. Royal. Les 5 heures de voyage se passeront bien.

Vous avez aimé ce carnet de voyage ?

( 5 Votes ) 
Votez ou laissez un message dans le Livre d'Or

Les temples Mayas de Tikal

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.